Pas de bonnes résolutions pour 2017

pas de resolutions

 

Pourquoi je ne prendrai pas de bonnes résolutions pour 2017

Je me suis rendu compte, comme beaucoup d’entre vous, que j’avais beau prendre des résolutions  à chaque début d’année, je faisais le même constat affligeant à la fin. Je n’avais pas réalisé la moitié de ce que j’avais décidé.

En fait au fil des années, j’ai réalisé que ce n’était pas grave, parce que, chaque année j’avais quand même fait face avec succès à un certain nombre de défis et atteint de nombreux objectifs.

Alors, j’ai réfléchi à la question, parce que cela m’ennuyait quand même un peu de ne pas rendre de résolutions, c’est si excitant de penser que parce qu’on change d’année, tout devient aussitôt possible !

Mais le 1er janvier n’est finalement que le lendemain de la veille et il ne faut pas en attendre de miracles. Loin de moi l’idée de penser que les miracles n’existent pas. Quand on est attentif, on en remarque presque tous les jours. C’est justement pour cela qu’il ne faut pas attendre qu’ils se produisent à date fixe.

Alors il a bien fallu me rendre à l’évidence. Pour moi, les résolutions, non seulement ça ne fonctionne pas, mais en plus, je ne sais pas pour vous, mais ça me fait culpabiliser de ne pas être capable de les tenir.

Est-ce à dire que je ne planifie plus rien ? Pas du tout !

Vous trouverez ici une façon rapide de procéder, il y en a bien d’autres.

Je pense plutôt en termes d’objectifs très pratiques, et réalisables et je me fixe des objectifs par trimestre plutôt que pour l’année entière.

Bien sûr, au plan professionnel, j’ai une orientation pour l’année et des objectifs chiffrés.

Planifier ses grands objectifs par trimestre.

Au plan personnel, je préfère naviguer d’étape en étape après avoir planifié les grandes étapes trimestrielles, je me fixe de plus petits objectifs réalisables à plus court terme, semaine après semaines et même souvent jour après jour. C’est la méthode des petits pas ou des petites bouchées, plus faciles à avaler.

Au début de l’année, je démarre doucement. Je me fixe un objectif par semaine. Le fait de le réaliser renforce ma motivation pour le prochain et j’avance ainsi pas à pas.

Si cela ne fonctionne pas, il est encore temps de modifier un peu un objectif, de rectifier une stratégie. Et tout cela sans culpabiliser.

Les avantages collatéraux

Je trouve important aussi de noter que même si on n’a pas tout à fait atteint un objectif, en cherchant à le réaliser, on a souvent progressé et parfois dans un domaine voisin. J’appelle cela les avantages collatéraux 😉

Par exemple, vous avez décidé de vous remettre au sport et cela implique que vous buviez davantage. Vous n’avez pas été aussi assidu à la salle que vous l’aviez prévu, mais vous avez pris l’habitude de boire beaucoup plus d’eau au quotidien, ce qui est bon pour votre peau et vos articulations (entre autres)

Nous ne savons pas toujours ce qui est le meilleur pour nous

Par ailleurs, nous ne savons pas toujours ce qui est vraiment bénéfique pour nous dans nos résolutions prises parfois dans un élan d’enthousiasme un peu artificiel entre deux repas de fête. La vie nous enlève parfois rapidement nos illusions pour nous réorienter vers ce qu’il y a de mieux pour nous.

Ne pas laisser passer les opportunités

Il est indispensable de nous fixer des objectifs et de planifier leur réalisation. Nous nous fixons ainsi des repères. Mais quand la vie nous offre des opportunités, il ne faut pas les laisser passer si bien qu’il est important de laisser la place à l’inattendu à l’imprévu. Faire face à l’imprévu nous oblige à muscler notre créativité pour trouver les solutions appropriées. Ce ne sont pas forcément celles auxquelles nous nous étions préparés.

Ne pas prendre de résolutions ne veut pas non plus dire abandonner nos rêves. Il est important d’avoir une vision de ce que nous voulons vraiment réaliser. Cette vision doit être très concrète, très ancrée dans la réalité.

Entre notre vision et nos réalisations, il y a une quantité de petits objectifs, pas forcément glorieux et pas forcément spectaculaires. La réussite nécessite plus souvent un travail de fourmi qu’un travail de titan.

Le succès est une question de focalisation et de persévérance. Et le succès est accessible à tous !

 

Partager c'est la vie ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *