Comment ne pas multiplier vos peurs

J’espère que vous vous portez bien.

Le soleil se fait moins présent et l’hiver s’annonce. Heureusement, nous avons appris à profiter des plaisirs de la saison. Une tisane bien chaude, la tiédeur de notre foyer, les pulls tout doux,  Nous nous préparons au mode « hiver » 😉

Nous terminons ce que nous avions prévu pour ce trimestre Nous commençons à envisager de nouveaux projets.

Pour rester sereins(es) et pouvoir nous focaliser exclusivement sur la réussite, nous devons gérer nos peurs.

Nous avons pour la plupart d’entre nous, des peurs concernant notre vie. Des peurs inconscientes, dont nous avons héritées . Mais aussi, des peurs que nous trouvons justifiées.

Nous nous faisons du souci pour ceux que nous aimons, du souci pour notre situation pécuniaire, pour notre santé etc…Cela est légitime tant que nous n’avons pas acquis une confiance totale en la vie.

Tant que nous réussissons à les gérer, ces peurs ne nous paralysent pas.

Les peurs collectives

Mais  que nous le voulions ou non,  un certain nombre de peurs ambiantes nous influencent aussi. Elles sont véhiculées par notre environnement et la société dans laquelle nous vivons… Que ce soit la crainte du terrorisme, la crainte engendrée par la crise financière, la crainte du réchauffement climatique, crainte des épidémies et bien d’autres.

Chacun(e) de nous adopte ou non ces peurs, non de façon logique, mais en fonction de notre histoire personnelle et de notre caractère. Ce sont des peurs collectives, et plus nous sommes nombreux(ses) à les adopter, plus elles se renforcent.

Ces peurs renforcent aussi notre propre sentiment de vulnérabilité.

Les média qui élaborent ces scénarii catastrophe qui nous touchent jusque dans notre inconscient véhiculent aussi ces peurs. Même si nous n’y prêtons pas attention, ils nous touchent. Cela fait que nous pouvons (en particulier pour les plus sensitifs d’entre nous) nous sentir nerveux, tendus, anxieux, alors même que tout semble aller plutôt bien dans nos vies.

Réduire l’impact des peurs collectives 

Refusez d’être un relai de ces peurs.

Nous ne pouvons pas, à moins de vivre en ermite, éviter d’être confronté(e) à ces courants de peur collective. Mais nous pouvons au moins en limiter les effets et refuser de contribuer à leur propagation.

Bien sûr, nous ne pouvons être insensible au malheur des autres. Au niveau de l’inconscient collectif, nous sommes tous reliés.

Mais pourquoi écouter dix fois de suite les mêmes informations? En particulier quand elles relatent en boucle des événements terrifiants qui sont hors de notre contrôle ?

Et si nous nous bornions à nous faire du souci pour les choses contre lesquelles nous pouvons agir, ici et maintenant ? Puis, une fois notre action posée, si nous tentions de passer à autre chose ?

Il est, bien sûr, important de rester informé de ce qui se passe dans le monde. Mais il est judicieux de rechercher les sources les plus fiables puis de se focaliser ensuite rapidement sur des choses positives. Certains sites internet sont spécialisés dans la diffusion des “bonnes nouvelles” pourquoi ne pas y faire un tour régulièrement ?

N’oubliez pas non plus que « le pire n’arrive pratiquement jamais » et que toutes ces choses que vous craignez ne se produiront sans doute pas….

Attention à ce sur quoi vous vous focalisez

Porter son attention sur les choses ne fait qu’en amplifier l’effet. Choisissez donc avec soin les choses sur lesquelles vous portez votre attention….

La peur est le plus grand obstacle auquel nous ayons à faire face.

Se focaliser délibérément sur des choses positives, être constructif(ve) aide à contrebalancer les impacts négatifs que nous recevons au quotidien. Cela illumine notre vie, allège notre ressenti et nous rend progressivement moins sujet(te) à la peur.

Avec coeur et enthousiasme !

Partager c'est la vie ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *